Rechercher

Le principe d'homéostasie


Qu'est ce que l'homéostasie?


L'homéostasie est un processus de régulation par lequel l'organisme maintient des constantes internes quelles que soient les perturbations extérieures.





L'homéostasie appliquée à l'organisme humain.


La priorité de l'homme est la survie. Son évolution et son développement ne peuvent se faire qu'au fil des générations. Nous sommes créés pour nous adapter au monde et non l'inverse ( même si la tendance mondiale tente d'y arriver). Cette adaptation est le travail d'une intelligence "cellulaire", qui, par des boucles de rétroaction, nous permet de modifier différents paramètres de notre corps pour absorber les changements extérieurs sans que notre "intérieur" ne soit perturbé.

Par exemple, pour que le corps humain fonctionne correctement il doit maintenir sa température à environ 37 degrés celsius. Lorsque la température extérieure est inférieure, le corps produit instantanément de la chaleur. Au contraire quand la température va être supérieure, le corps va se refroidir, en produisant de la transpiration par exemple.

Nous retrouvons ce processus pour beaucoup d'autres régulations : Le rythme cardiaque, maintien du niveau d'eau, d'oxygène, de PH, de glycémie...

C'est un système très complexe régulé par le système nerveux autonome.

Une défaillance de cet équilibre, entraine irrémédiablement un problème métabolique.

Organes sollicités pour réaliser l'homéostasie



Le stress et l'homéostasie

Le stress est un processus d'adaptation qui permet de faciliter la fuite ou, au contraire, de faire face à une situation inconnue. Encore une fois, il s'agit d'une réaction physiologique naturelle de l'organisme pour nous protéger et assurer notre survie.

Cette réaction passe par plusieurs phases :

L'alarme, la résistance, l'épuisement.


L'alarme

Lors d'un stress soudain, le système nerveux réagit immédiatement. Il est constaté dans un premier temps un choc qui représente un état de surprise, suivi d'un contre choc, qui représente le développement des moyens de défense active. Il y a instantanément, libération d'adrénaline par les glandes surrénales. Cette hormone favorise l'afflux de sang et d'oxygène vers les muscles et le cerveau afin de préparer l'organisme à réagir. Les pupilles se dilatent pour améliorer la vision. La vigilance est exacerbée.


La résistance

Quand le stress se poursuit, le cerveau ordonne aux glandes surrénales la libération de Cortisol afin d'augmenter le taux de sucre dans le sang. Le glucose est le carburant primordial en période de stress, et cette libération fournit à l'organisme, l'énergie nécessaire pour résister face au stress toujours présent. L'individu maitrise son sujet mais perds de l'énergie, ce qui contribue à l'usure de l'organisme. Cette période dure de quelques minutes à 24 heures.


L'épuisement

Quand le stress perdure, les ressources de l'organisme stimulé pour tenter de maintenir l'homéostasie s'effondrent, pour passer sous le seuil "normal". Cette sur-compensation oblige l'individu à puiser une énergie considérable dans ses réserves profondes pour faire face, et s'en suit des dommages comme la fatigue, l'irritabilité, la baisse de l'immunité, les troubles du sommeil, la prise ou la perte de poids...



L'homéostasie et la psychologie.


Pour son développement, l'homme doit être capable de maintenir l'équilibre entre besoins et satisfactions.

Quand les besoins ne sont pas satisfaits, le corps développe une grande énergie pour combler ce manque afin de nous inciter à nous dépasser. Tout cela dans le but de retrouver l'équilibre nécessaire à notre évolution, qui passe par notre épanouissement.

Un exemple simple et concret est celui de la soif. Lorsque nous avons soif (besoin), nous sommes automatiquement guidés par la recherche d'eau afin d'étancher notre soif (satisfaction).

De même, un manque de reconnaissance, aura tendance à nous pousser vers des actions qui auront pour but de rechercher de la reconnaissance...

Parfois, quand ce système homéostasique n'est plus régulé, il arrive que la personne tombe dans une certaine inertie mentale conduisant à des états psychologiques comme la déprime, burn-out...


Muscler son système adaptatif homéostasique par l'hormèse.


Quel que soit le domaine mentionné ci-dessus, il est primordial de renforcer le mécanisme homéostasique.

L'objectif, ici, est de "muscler" son système adaptatif pour le rendre plus fort et être en capacité d'amortir les stimuli extérieurs afin de garder une constance intérieure la plus stable possible.

Pour schématiser cette pensée, prenons par exemple l'analogie avec la conduite en voiture. Imaginons que nous sommes la voiture et que la vie est la route. Muscler son système adaptatif reviendrait à améliorer le système de suspension du véhicule pour que, quelle que soit la qualité de la route, le voyage reste confortable.

Imaginez des suspensions de qualité avec un important débattement capable "d'avaler" de gros nids de poule sur la route sans être perturbés à l'intérieur du véhicule.

Oui, mais comment arriver à améliorer son système de suspension me direz-vous?

A la différence d'une voiture, notre corps se renforce lorsque nous le soumettons à des événements stressants ( physique, psychologique...). Ce stress ne doit, cependant pas, dépasser notre propre limite adaptative, doit être bref et doit être suivi d'une période de repos ou récupération. Ce processus est connu sous le nom d'hormèse.


L'hormèse repose sur 4 piliers principaux :

  • L'exercice physique

  • Le jeûne

  • L'exposition au froid / chaud

  • Les techniques de respirations

L'hormèse sera traité prochainement sur Natur'O.


 

Cette page a pour vocation de vous apporter les connaissances nécessaires à la prise de décision individuelle menant à restaurer ou maintenir votre santé. Les sujets abordés sont volontairement simplifiés pour vous apporter l'essentiel. Je me ferais un plaisir d'approfondir le sujet, ou de répondre éventuellement à vos questionnements.


35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sucre